00000000

En agriculture, la météo est partout. Elle rythme les saisons, et impacte chaque décision. Et ça, l’Alliance BFC – qui regroupe les coopératives Terre comtoise, Dijon céréales, et Bourgogne du sud– l’a très vite compris. Elle a été parmi les premières à cumuler capteurs physiques et météo spatialisée pour offrir à ses adhérents un conseil à la carte. Un combo innovant qui lui a permis de relever 4 grands défis.

Sonde capacitive ou tensiomètre : comment faire le bon choix pour vos cultures ?

Défi #1 : Rendre la météo concrète et facile à suivre pour les adhérents

Dès 2018, un réseau d’une quarantaine de stations météo Weenat a été mis en place sur le territoire de l’Alliance BFC. Les adhérents du groupement peuvent ainsi consulter la météo de leurs parcelles en temps réel, directement depuis leur téléphone.

Pour accéder aux données de l’ensemble des capteurs du réseau, ces derniers s’acquittent d’un abonnement, dont le prix est réduit lorsque l’agriculteur achète sa propre station et la branche sur le réseau.

« C’est une façon de rémunérer la donnée de l’agriculteur, qui apporte un point de mesure supplémentaire au réseau. Et la réduction sur l’abonnement permet à l’agriculteur d’amortir l’achat de sa station. On est dans un système collaboratif. Tout le monde y gagne. », explique Martin Lechenet, Responsable agriculture numérique pour l’Alliance BFC.

Pour lui, les capteurs météo constituent un outil intéressant pour animer et fédérer les adhérents autour d’un sujet clé : l’impact des aléas météorologiques sur les productions agricoles.

« Cela rend la météo concrète et facile à suivre à l’échelle d’une parcelle », précise Martin Lechenet.

Défi #2 : Obtenir une donnée météo fiable à l’échelle d’un territoire

Mais l’Alliance BFC avait également une autre problématique : accéder à une donnée météo fiable et homogène sur l’ensemble du territoire.

« La donnée pour la donnée, ça n’a pas d’intérêt. Il faut pouvoir l’exploiter afin d’aider l’agriculteur à maximiser sa performance technico-économique. Et c’est justement pour ça qu’on est là : pour permettre à nos adhérents de prendre du recul sur les données météo, et les utiliser pour prendre les bonnes décisions ».

L’Alliance BFC propose en effet à ses adhérents un accompagnement à la carte, et l’accès à de puissants outils d’aide à la décision.

« Pour alimenter nos OAD, on avait besoin d’une donnée homogène à l’échelle du territoire. Avec les capteurs seuls, c’est difficile, puisqu’il suffit que l’entretien du capteur ne soit pas assez régulier pour fausser les préconisations. Et surtout, 40 stations météo ce n’est pas assez pour mailler finement tout notre territoire », appuie Martin Lechenet.

L’Alliance BFC se tourne alors vers un autre acteur majeur de la météo agricole : l’entreprise Weather Measures.

Spécialiste de la météo spatialisée, Weather Measures a en effet développé ses propres algorithmes de traitement de données multi-sources ; une innovation qui permet à la jeune pousse de fournir une donnée météo historique, temps réel et prévisionnelle avec une résolution spatiale et temporelle élevée (au km², heure par heure) sur l’ensemble d’un territoire et sur tous les paramètres agro-météo.

« Les données de Weather Measures alimentent nos outils d’aide à la décision en temps réel. Ça nous permet d’être très réactifs et précis dans notre conseil aux agriculteurs, puisque nos modèles nous alertent dès que le risque maladie dépasse un certain seuil sur les parcelles que nous suivons », reprend Martin Lechenet.

Au total, 70 000 points de mesures sont fournis à l’Alliance, ce qui permet un suivi beaucoup plus fin de la météo dans les zones qui ne sont pas couvertes par les capteurs Weenat.

« Nos techniciens peuvent ainsi suivre les risques climatiques et agronomiques sur un même outil. Et nous envoyons un tableau de bord à nos adhérents pour les aider à différencier leurs pratiques en fonction de chaque situation et de chaque parcelle. »

Un service très apprécié des adhérents, pour qui une meilleure météo et un meilleur conseil signifient de meilleures décisions au quotidien, et plus de rendements à la fin de la saison.

Défi #3 : Croiser les données pour plus de fiabilité

Avec le rapprochement de Weenat et Weather Measures, l’Alliance BFC compte aller encore plus loin.

« Nous avions deux besoins différents, et Weenat et Weather Measures répondent chacun à ces problématiques bien spécifiques. Le rapprochement de ces deux acteurs est une excellente nouvelle pour nos adhérents, puisqu’il offre de nouvelles perspectives très intéressantes ».

Les données des capteurs Weenat vont en effet permettre d’affiner la grille météo de Weather Measures, en la complétant avec des points de mesures supplémentaires. Et en parallèle, les données Weather Measures pourront fiabiliser les données des capteurs.

Autre avantage de taille, les données de Weather Measures pourront être consultées directement depuis l’application Weenat. Ainsi, pas besoin de multiplier les logiciels : toutes les données météo clés figureront dans une même application.

Enfin, l’ajout des données Weather Measures sur l’application Weenat permettra de pousser des données de météo spatialisée aux adhérents qui se trouvent dans les zones qui ne sont pas couvertes par les stations Weenat.

Défi #4 : Combiner différents niveaux de conseil dans une interface unique et simple d’utilisation

« Avec cette nouvelle solution intégrée, l’Alliance BFC disposera très bientôt d’un outil fiable et unifié pour couvrir les trois niveaux de conseils agro-météo », décrypte Martin Lechenet.

Le premier niveau, c’est la météo du quotidien. L’agriculteur veut savoir quel temps il fait dans ses champs, et pour cela il va regarder les données de la station Weenat la plus proche de chez lui.

Le deuxième niveau, c’est le conseil agronomique, qui devient plus précis avec les outils d’aide à la décision développés par l’Alliance BFC, puisque ces modèles sont alimentés en direct par les données météo de Weather Measures.

Enfin, le troisième niveau est celui du conseil stratégique. Avec une variabilité climatique de plus en plus forte, il devient en effet vital de travailler sur la robustesse des exploitations en essayant de répartir le risque météo.

Cela passe notamment par des recommandations sur le choix des variétés, pour privilégier des cultures qui réagissent différemment face à des contextes météo problématiques, comme le manque d’eau, par exemple.

L’enjeu de demain sera donc de combiner ces 3 niveaux de conseil au sein d’une même interface, fluide et simple d’utilisation. Et c’est exactement ce que va permettre le rapprochement de Weenat et Weather Measures.

« Nos patrons, en tant que coopératives, ce sont les agriculteurs. Tout l’intérêt d’investir dans ces solutions de météo, c’est donc de permettre à l’agriculteur d’accéder à une donnée plus large, et consolidée. En combinant des stations physiques et de la météo spatialisée, on atteint un niveau de fiabilité inédit. Et la qualité du conseil ainsi que les performances agronomiques de nos adhérents s’en ressentent directement », conclut Martin Lechenet.