00000000

Olivier Curel est arboriculteur dans le Vaucluse. Découvrez comment les solutions Weenat l’aident à protéger 85 hectares de vergers face au gel de printemps, aux maladies, et au stress hydrique.

Planifier les chantiers agricoles

Installé à Lagnes, Olivier Curel gère une exploitation de 85 hectares en arboriculture, sur laquelle il produit essentiellement des cerises, des prunes, des pommes et des olives. L’exploitation a la particularité d’être très morcelée. Avec des îlots de parcelles éparpillés sur un rayon de plus de 7 kilomètres.

Pour suivre avec précision le temps qu’il fait sur ses parcelles, Olivier Curel s’est donc équipé de plusieurs stations météo Weenat. Positionnés sur des parcelles stratégiques, les capteurs lui permettent de limiter les déplacements inutiles sur son parcellaire.

L’intérêt des stations météo connectées, c’est d’avoir les informations instantanément sans avoir à se déplacer dans les parcelles », explique Olivier Curel. « Ça nous permet de gagner du temps, et de prendre les bonnes décisions“.

 L’arboriculteur consulte l’appli météo développée par Weenat depuis son ordinateur ou son smartphone plusieurs fois par jour. Il accède ainsi en temps réel aux données des stations placées sur ses parcelles et à d’autres fonctionnalités utiles, telles que le radar de précipitations. Une information qui lui permet d’organiser ses chantiers plus facilement, et de protéger ses cultures face aux aléas climatiques.

Pour compléter le dispositif, Olivier Curel s’est abonné à un réseau de stations météo Weenat près de chez lui.

En plus de nos pluviomètres sur l’exploitation on a accès à toutes les stations installées dans le réseau du CETA de Cavaillon. Cela nous permet d’avoir une vision plus globale des incidents climatiques, que ce soit gel, pluie ou autre“.

Découvrez les fonctionnalités de l’application gratuitement et sans limite de temps.

Anticiper le gel de printemps

Le gel de printemps constitue un risque majeur pour les vergers. En 2017, de violents épisodes de gel avaient par exemple détruit plus de 80% de la production dans le secteur de Fougerolles.

Pour les arboriculteurs il s’agit d’une période anxiogène, puisqu’une seule nuit de gel peut détruire plusieurs mois d’efforts.

Alors il y a 2 ans, Olivier Curel a fait le choix de s’équiper d’un capteur gel Weenat. L’outil l’aide à anticiper le gel pour déclencher ses moyens de lutte au bon moment.

“Ici, on utilise l’aspersion pour protéger les bourgeons“, précise Olivier Curel. Une méthode qui consiste à arroser les cultures pour former une poche de glace qui protège le bourgeon du gel.

Installé au plus près des bourgeons, le capteur gel mesure la température sèche et la température humide sans abri sur la parcelle. Les données de l’appareil sont ensuite transmises vers l’application Weenat toutes les 15 minutes.

Grâce à ce système, Olivier Curel est capable d’évaluer le risque de gelées printanières sur ses parcelles les plus gélives. Le tout à distance, depuis son canapé !

Pour plus de sécurité, l’arboriculteur a également paramétré une alerte gel sur son smartphone. Ainsi, Weenat le prévient par téléphone dès que la température chute sous un seuil critique. Pour Olivier Curel, cela veut dire des parcelles mieux protégées. Et surtout, plus de tranquillité d’esprit.

Les capteurs gel nous permettent d’avoir une réactivité au plus juste pour déclencher les méthodes de protection au bon moment“, confirme l’exploitant.

Protéger les vergers contre la tavelure

Mais le gel n’est pas le seul danger pour les vergers d’Olivier Curel. Afin d’anticiper au mieux les pressions maladies sur ses cultures, l’exploitant a investi dans un capteur d’humectation foliaire.

Le capteur d’humectation mesure la présence de rosée sur les feuillages. Une information précieuse pour Olivier Curel, puisqu’elle lui permet de lutter contre la tavelure du pommier.

Le capteur d’humectation foliaire enregistre le temps d’humectation sur les feuilles des pommiers, ce qui nous permet d’utiliser certains produits biocontrôle pour stopper la tavelure“, détaille l’exploitant.

Pour cela, le dispositif vient se placer directement sous couvert végétal et reproduit le comportement biodynamique d’une feuille. La résistance électrique du capteur permet alors de déterminer l’intensité de l’humectation foliaire à un instant T, et la durée d’humectation sur une période donnée.

Le capteur d'humectation foliaire Weenat dans un pommier.

Optimiser les apports en eau

Pour finir, Olivier Curel s’est équipé d’un kit de sondes tensiométriques pour piloter son irrigation avec davantage de précision.

Nous avons positionné des tensiomètres sur des parcelles stratégiques qui nous permettent de connaitre en temps réel la disponibilité de l’eau dans le sol, et ainsi de déclencher l’irrigation au bon moment“.

Un investissement qui semble déjà avoir porté ses fruits pour l’exploitant, qui a pu diviser ses apports en eau par 3.

L’année dernière on avait des temps d’arrosage sur du goutte-à-goutte qui étaient de 6h par jour et on s’est aperçu que c’était trop avec les sondes de Weenat. Cette année on est passé à 2h par jour“.

Et vous, qu’attendez-vous pour tester la météo connectée ?

Essayez l’application Weenat gratuitement et sans engagement.