Bilan hydrique : comment l’utiliser pour piloter votre irrigation ?

Publié le 22 février 2023

Aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs utilisent des outils d’aide à la décision comme Irré-LIS, Vintel, Net-Irrig ou les sondes tensiométriques Weenat pour piloter leur irrigation avec précision.

La raison est double : 

  • D’une part, la réglementation sur l’utilisation des ressources en eau tend à se durcir au fil des années. Au cours de l’été 2022, par exemple, jusqu’à 95 départements ont été soumis à des restrictions de l’usage de l’eau et de l’irrigation. Dans ces conditions, l’agriculteur doit plus que jamais s’assurer que l’eau dont il dispose est utilisée lorsque la plante en a vraiment besoin.
  • Et d’autre part, les prix de l’électricité, du carburant et du matériel augmentent. En optimisant ses apports en eau, l’agriculteur qui pilote son irrigation peut par conséquent améliorer les performances économiques de son exploitation.

Pour piloter son irrigation, l’agriculteur dispose de plusieurs options. Mais l’un des outils les plus connus reste à ce jour le bilan hydrique.

Qu’est-ce qu’un bilan hydrique ? 

 

Le bilan hydrique est un outil de gestion technique vous permettant de suivre l’état de la réserve en eau de vos sols à l’aide d’une équation mathématique. Concrètement, il sert à calculer (en mm) l’écart entre les flux d’eau entrants (précipitations, irrigation…) et sortants (évapotranspiration, ruissellement…) sur un intervalle de temps donné.

L’analyse des résultats du bilan hydrique permet de vérifier que vos apports en eau sont suffisants pour ne pas provoquer un stress hydrique, mais pas trop importants, auquel cas vous risquez de saturer le sol. Comme ça, vous pouvez répondre sereinement aux deux grandes questions de l’irrigation : quand irriguer, et quelle dose apporter. 

En fin de saison, le bilan hydrique vous permet de connaître l’ensemble des besoins et des apports en eau, à l’échelle de votre exploitation ou d’une parcelle. C’est un outil précieux pour faire le bilan de votre campagne, puisqu’il vous permet de conserver une trace des périodes déficitaires ou excédentaires, et de mieux comprendre les réactions des cultures face aux épisodes climatiques rencontrés.

Bilan hydrique : comment ça marche ? 

Pour réaliser un bilan hydrique, vous devez connaître plusieurs informations sur vos parcelles. Plus vos informations seront précises, plus les résultats de votre bilan seront fiables.

1. Estimer la réserve en eau de votre sol

La première étape consiste à calculer la Réserve Utile (RU), c’est-à-dire la quantité d’eau que peut stocker un sol et qui sera utilisable par les cultures. Pour cela, il vous faut connaître votre type de sol.

Des tables existent sur les sites des chambres d’agriculture ou des instituts techniques pour connaître votre RU en fonction de votre type de sol. Afin d’obtenir une donnée plus précise, vous pouvez également mesurer votre RU lors d’une analyse de sol.

2. Calculer la consommation en eau de vos plantes  

Vous connaissez votre RFU ?

Il vous faut maintenant calculer la quantité d’eau que consomment vos plantes.

Pour cela, on utilise une autre notion agronomique : l’évapotranspiration potentielle (ETP), c’est-à-dire la somme de l’évaporation de l’eau contenue dans le sol et de l’eau transpirée par les plantes. Vous pouvez obtenir ces informations sur certains sites de météo spécialisés, ou sur l’application Weenat.

Pour affiner le résultat en fonction du stade de vos cultures, on va multiplier l’ETP par un coefficient cultural (Kc), dont la valeur varie selon le type de culture, et le stade cultural.

Ces coefficients sont généralement disponibles sur les sites des Chambres d’agriculture, ou des instituts techniques. On obtient ainsi l’évapotranspiration maximale (ETM).

     

    Aperçu des données de l’application Weenat

    Bilan hydrique : comment le calculer ?

     

    Une fois que vous détenez toutes les informations nécessaires pour calculer votre bilan hydrique, il ne vous reste qu’à résoudre l’équation.

    Certains outils, comme Irré-LIS, Vintel ou Net-Irrig, permettent d’automatiser le calcul.

    Mais si vous n’êtes pas équipé, il faudra le faire vous-même !

    Voici la formule à utiliser pour calculer votre bilan hydrique : 

     

    Réserve en eau J = Réserve en eau J-1 + Pluie + Irrigation – Évapotranspiration maximale – Ruissellement

    A partir du résultat obtenu, vous pouvez piloter votre irrigation en veillant toujours à ce que le stock d’eau sur vos parcelles oscille entre la capacité au champ et le bas de la Réserve Facilement Utilisable.

    En bref : le bilan hydrique est un excellent outil pour suivre l’évolution du stock d’eau sur vos parcelles, et décider du meilleur moment pour démarrer ou arrêter l’irrigation. Le seul problème, c’est que la précision du calcul dépend de l’exactitude avec laquelle vous êtes capable de déterminer ces différents paramètres. 

    La bonne nouvelle, c’est que si le bilan hydrique ne répond pas à votre besoin, il existe aujourd’hui d’autres méthodes pour piloter votre irrigation.

    Les autres solutions complémentaires au bilan hydrique

     

    Les sondes de pilotage : une alternative de premier choix

    Pour aider les irrigants à optimiser leurs apports en eau, Weenat a développé une sonde capacitive et des tensiomètres connectés. Installés au plus près de vos cultures, ces capteurs mesurent avec précision l’état hydrique de vos sols.

    Grâce à l’application Weenat, toutes les données des sondes sont accessibles en temps réel depuis votre ordinateur ou votre téléphone. Et pour aller plus loin, Weenat a développé deux outils d’aide à la décision (OAD) simples et efficaces.

     

    Les seuils hydriques de l’application Weenat

    A partir de votre type de sol et des données mesurées par les sondes, l’OAD vous indique si votre sol est en situation de saturation, de confort, de vigilance ou de stress.

    Mieux : en cas de changement de seuil, l’application Weenat vous alerte immédiatement par mail ou par SMS. Ainsi, vous savez exactement QUAND et COMBIEN vous devez irriguer.

    Et pour vous aider à faire le bilan de votre irrigation en fin de saison, toutes les données de vos sondes sont conservées – sans limite de temps – dans l’historique de l’application Weenat.

    Weedriq, l’OAD pour anticiper les irrigations

    L’irrigation, c’est avant tout une question d’anticipation. Alors pour aider les irrigants à optimiser leurs tours d’eau, Weenat a également développé Weedriq, le premier OAD capable de vous indiquer, avec précision, comment l’état hydrique de vos sols va évoluer durant les 7 prochains jours.

    Vous souhaitez en savoir plus sur nos solutions pour piloter l’irrigation ?

    On vous en dit plus ici, ou demandez votre devis en ligne gratuitement et sans engagement.

    Les derniers articles

    📩 La Newsletter Agro-météo à ne pas rater ! 

    Tous les 2 mois, retrouvez un condensé de conseils et d’actualités pour mieux comprendre l’impact de la météo sur vos cultures. Abonnez-vous ! 👇