00000000

Tout le monde sait quelle température il fera ce weekend. Ou s’il va pleuvoir demain.

Mais jusqu’à présent, personne ne savait prédire la quantité d’eau dans le sol à 7 jours.

Et pourtant, imaginez un instant ce que cela voudrait dire pour un irrigant :

➡️ Il saurait avec précision QUAND déclencher son prochain tour d’eau, et la dose à apporter.

➡️ Il économiserait des centaines de mètres cube d’eau pour chaque hectare irrigué.

➡️ Il pourrait planifier ses périodes d’irrigation en début de semaine, pour gagner du temps et éviter les déplacements inutiles sur ses parcelles.

Alors pour accompagner les irrigants vers plus de performance technique, économique et environnementale, Weenat le spécialiste français de l’agronomie de précision et des solutions de météo connectée travaille sur le développement d’un modèle de prédiction de la disponibilité en eau du sol à J+7.

Sonde capacitive ou tensiomètre : comment faire le bon choix pour vos cultures ?

13 % d’économies d’eau

Le projet, baptisé Weedriq, est le fruit de trois ans de recherche. Il se base sur les travaux d’Amaury Dubois, docteur en informatique, dans le cadre d’une thèse CIFRE menée en partenariat avec Weenat et le Laboratoire d’Informatique Signal et Image de la Côte d’Opale (LISIC).

Concrètement ?

Weedriq combine les informations historiques et en temps réel des sondes tensiométriques Weenat avec les prévisions météo locales afin de simuler, à J+7, l’évolution de la tensiométrie, c’est-à-dire la force dont les racines ont besoin pour extraire l’eau du sol.

« Nous utilisons les techniques de machine learning afin de modéliser la dynamique de la teneur en eau dans le sol. Le modèle est recalibré tous les jours grâce aux capteurs Weenat présents dans la parcelle, ce qui permet d’améliorer la précision des prédictions », explique le docteur en informatique Amaury Dubois.

Et ça marche :

Avec le concours d’Alexandre Rivenet, producteur de pommes de terre dans les Hauts-de-France et utilisateur historique des solutions Weenat, plusieurs expériences ont été menées sur le terrain. Jusqu’à présent, les tests ont remonté des économies d’eau de l’ordre de 13 %.

Pour le secteur agricole, il s’agit d’une avancée majeure.

« Imaginez que l’on puisse prédire à 10% près l’eau disponible pour une culture dans 7 jours. C’est l’information qu’il manquait aux irrigants pour adapter leurs irrigations, améliorer leur rendement, et faire des économies d’eau, d’énergie, et de temps », explique Jérôme Le Roy, fondateur de Weenat.

Améliorer la résilience des exploitations face au changement climatique

D’autant que dans un contexte de réchauffement climatique, l’agriculture fait face à des épisodes de sécheresse plus fréquents, et plus prolongés.

Le mois de mars 2021 s’est par exemple achevé avec un déficit pluviométrique de 53 % à l’échelle nationale. Entre le 1er et le 18 avril dernier, ce déficit s’est creusé jusqu’à atteindre 60%*.

Les agriculteurs sont désormais coutumiers de ce scénario, qui pose, avec une urgence renouvelée, la problématique de la gestion des ressources en eau.

Fort heureusement, ils disposent aujourd’hui de nouveaux outils pour piloter l’irrigation.

« Depuis 2014, Weenat et les entreprises de l’AgTech ont amené la data dans les champs. Résultat, les fermes sont devenues productrices de données, et l’agriculteur sait désormais ce qu’il se passe dans son sol. Grâce à ces informations, il peut prendre les bonnes décisions et optimiser les apports en eau sur ses cultures. », souligne Jérôme Le Roy, fondateur de Weenat.

En mars dernier, Weenat a d’ailleurs étoffé sa gamme de capteurs pour le pilotage de l’irrigation avec le lancement d’une sonde capacitive connectée permettant aux irrigants de piloter leurs irrigations, grâce à une connaissance fine de l’état hydrique du sol.

L’IA ouvre le champ des possibles

Mais aujourd’hui, il faut aller plus loin.

« L’Intelligence Artificielle ouvre le champ des possibles. Les outils comme Weedriq, capables d’exploiter les données collectées sur les exploitations pour les rendre plus intelligibles, offrent aux agriculteurs un levier de performance inédit pour raisonner l’utilisation de leurs ressources. », conclut Amaury Dubois.

A ce jour, des essais sur le terrain ont permis d’obtenir des résultats prometteurs sur les cultures pommes de terre, échalotes et oignons. Le développement de Weedriq se poursuit, avec pour objectif l’intégration de l’outil dans l’application Weenat et son déploiement sur la majorité des cultures irriguées pour la saison 2022.

En complément de Weedriq, d’autres solutions prédictives devraient très prochainement voir le jour.

Le récent rapprochement de Weenat et Weather Measures ouvre en effet des perspectives inédites pour le développement de nouveaux OAD basés sur l’Intelligence Artificielle et sur une meilleure utilisation de la donnée agro-météo.

Des outils de prévision sur le risque de gel et sur la sécheresse sont notamment à l’étude pour améliorer la résilience des exploitations agricoles face aux aléas climatiques.

* Source : Météo France