L’exploitation Artajo contrôle l’irrigation pour optimiser l’eau

Publié le 18 septembre 2023
Carlos Urzaiz au pied des oliviers Artajo

Dans la Ribera navarraise, à Fontellas précisément, Carlos Urzaiz est directeur technique chez Artajo. Et la question de la gestion de l’eau, il se la pose tous les jours ! Il a choisi d’équiper l’exploitation de tensiomètres Weenat. Pour contrôler l’irrigation. Et ainsi savoir à chaque instant quelle quantité d’eau est disponible pour ses plantations.

Et ça, ça facilite son quotidien !

Pour produire ses huiles, le domaine Artajo cultive en grande majorité des oliviers (95% de l’exploitation), mais aussi des amandiers, et depuis cette année des noisetiers.
L’ensemble de l’exploitation, 250 hectares, est en agriculture biologique.

“Ici, en Espagne, le manque d’eau est réel”

Une réserve hidrique en dessous des 40%

Depuis les vagues de chaleur de l’été 2022, et la sécheresse hivernale qui a suivi, le sujet de la ressource en eau anime les discussions.

Y compris au sein de l’entreprise Artajo. Et c’est bien normal, car sans eau, pas de cultures.

“Le manque d’eau est réel. Nous sommes en juin, et la reserva hidrica de Navarra est en dessous des 40%”. 

La reserva hidrica de Navarra dont parle Carlos, c’est le niveau de remplissage des barrages et réserves hydriques espagnols.En juin cette réserve en Navarre était à 40%. Habituellement, le niveau passe au-dessous des 40% en septembre, après la saison estivale. Pas avant.

Carlos Urzaiz au pied des oliviers Artajo

Alors forcément, la gestion de la ressource en eau est une priorité pour lui.

 

Des tensiomètres pour mieux piloter ses irrigations

Pour cela, l’entreprise s’est équipée de tensiomètres Weenat. Ces derniers permettent de mesurer l’état hydrique en temps réel. Et ainsi irriguer les cultures  quand elles en ont vraiment besoin.

Tensiomètres Weenat au domaine Artajo

Un changement radical dans ses d’irrigations

Avant, l’exploitation Artajo irriguait tous les jours, en goutte-à-goutte.

“On s’est rendu compte que cette fréquence était excessive, et que nous gaspillions de l’eau. Alors nous avons changé notre manière de faire. Nous avons fait plusieurs essais, à différents moments : irriguer tous les deux jours, ou même une seule fois par semaine. On s’appuie sur les tensiomètres pour surveiller la quantité d’eau disponible pour nos arbres, et prendre ces décisions”, commente Carlos Urzaiz.

Grâce aux tensiomètres Weenat, l’entreprise pilote son irrigation avec précision, et économise de l’eau. Mais ce n’est pas tout.

Contrôler l’irrigation et gagner en qualité

Nolan et Carlos Urzaiz

Des prises de décisions plus faciles pour améliorer les irrigations

Depuis l’application Weenat, Carlos et son père gèrent l’irrigation de tout le domaine.

“On regarde l’application tous les jours. Cela nous permet de connaître l’efficacité des irrigations, de savoir quelles décisions prendre, s’il faut augmenter ou diminuer la fréquence d’irrigation”, raconte t-il.

Pour les oliviers comme pour les amandiers, il y a des moments clés dans le développement des plantes pendant lesquels il est primordial de contrôler l’apport en eau.

Grâce aux sondes Weenat, nous sommes capables d’apporter la quantité optimale d’eau que ce soit en période de floraison ou au moment de la division cellulaire.

A contrario, lors du durcissement du noyau nous apportons moins d’eau à l’arbre. Nous contrôlons précisément le niveau de stress hydrique que nous lui faisons subir”, explique t-il.

 

Contrôler et apporter la bonne quantité d’eau au bon moment

Piloter précisément son irrigation permet d’apporter aux plantes la bonne quantité d’eau au bon moment.

Le timing est important.

Et ça fait la différence.

La gestion de l’irrigation en oliveraie est vitale pour produire des huiles à haute teneur en polyphénols, avec des hauts niveaux d’antioxydants et des arômes intéressants. C’est ce que nous améliorons petit à petit, grâce au contrôle de l’irrigation”.

Au delà de l’économie d’eau

Résultat, le bénéfice est double !

Non seulement le domaine Artajo économise de l’eau, mais ses produits gagnent également en qualité. Et ils récoltent d’ores et déjà le fruit de ce travail autour de l’eau. Cet été, l’entreprise a reçu le prix du 2ème meilleur moulin à huile biologique au monde, et deux prix dans la catégorie meilleure huile bio à Expoliva 2023 . Et l’un des produits de la gamme, Artajo 10 Koroneki, a même obtenu un Leone d’Oro 2023.

Carlos Urzaiz n’est pas le premier à avoir constaté qu’il pouvait optimiser ses apports en eau.

L’été dernier nous avons rendu visite à Anthony Oboussier, arboriculteur dans la Drôme.

Lui aussi a installé des tensiomètres Weenat. Et lui aussi a changé ses habitudes !

Les derniers articles

📩 La Newsletter Agro-météo à ne pas rater ! 

Tous les 2 mois, retrouvez un condensé de conseils et d’actualités pour mieux comprendre l’impact de la météo sur vos cultures. Abonnez-vous ! 👇